Inforum Forum Index

Inforum
forum généraliste, politique, humour, photos et tout ce que vous aimez ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



 Bonjour Guest 


     
 
Une si belle (mini)manif !

 
Post new topic   Reply to topic    Inforum Forum Index -> La politique -> Salon de discussion
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Poly


Offline

Joined: 27 Aug 2011
Posts: 26,234
Féminin

PostPosted: Wed 13 Nov - 12:16 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/marche-contre-lislamop…


Quote:


Ils étaient 6000 selon la préfecture de Police, 13 500 selon le cabinet de sondage Occurrence, à s’être réunis devant la gare du Nord pour marcher dans Paris, contre « l’islamophobie ». Sous une fine pluie d’automne, capuches, hidjabs et tchadors se côtoyaient sous des panneaux et banderoles aux relents communautaristes. Outre le drapeau français, partiellement présent, flottaient ceux plus nombreux de la Palestine, du parti Europe – Ecologie - Les verts, de la Ligue des droits de l’homme, de la France Insoumise, de la CGT, du Nouveau parti anti-anticapitaliste, ou encore des jeunesses communistes… idéologie totalitaire, dont le spectre soudainement ressuscité s’accommodait pour l’occasion avec cette autre idéologie, non moins totalitaire : l’islamisme.

Dans les airs, en ce début de manifestation, rien que des slogans appelant à la tolérance et à l’acceptation de l’islam comme mode de vie en France. « C’est pas les musulmans qui posent problème mais les islamophobes qui ont la haine », « nous sommes en danger, nous ne sommes pas dangereux », « solidarité avec les femmes voilées »… Vers 13h30, le cortège de la France insoumise se fraye un passage au milieu des manifestants se fondre dans la foule. Autour de Jean-Luc Mélenchon, Danièle Obono, Alexis Corbière, Mathilde Panot, Eric Coquerel et Clémentine Autain portent leur écharpe d’élu en bandoulière sous les applaudissements et les « Mélenchon président ! ». 
Qamis, barbes islamiques et tchadors...
Plus loin, à l’avant du cortège, Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué de Saint-Denis et coorganisateur de cette marche, porte une longue banderole « Stop à l’islamophobie » aux côtés de Yassine Belellatar et de la responsable voilée de l’Unef, Myriam Pougetoux, ainsi que d’hommes arborant la barbe islamique. Le « Gilet jaune », Jérôme Rodriguez, marche quant à lui incognito parmi les manifestants, dans une odeur de cannabis mêlée a à celle des fumigènes allumés par les « antifas », alias « black blocks », tout habillé de noir, le visage partiellement couvert, à l'instar de la tenue islamique arborée par certaines musulmanes. « On est là, on est là ! Contre les islamophobes et la violence de l’Etat nous on est là ! », chantent-ils. 

A les entendre, les manifestants présents appellent la France à sortir de son racisme religieux contre l’islam pour en accepter les particularités. A y regarder de plus près pourtant, il s’agit avant tout de revendications religieuses dressées contre la laïcité et la culture française. Sur les panneaux brandis par la foule, on réclame l’abrogation de la loi de 2004. Certains vont jusqu’à comparer la situation des musulmans en France aujourd’hui à celle des juifs sous Vichy, en arborant une étoile jaune. Macron est traité de « président d’extrême droite » et son gouvernement sommé de démissionner. « Le pouvoir nous veut à genoux, mais nous ne sommes soumis qu’à Dieu » peut-on lire encore, ainsi que « qui à boucher les chiottes avec les discours d'Eric Zemmour ? ».
Mais c’est surtout depuis la voiture d’animation du cortège que les pires slogans viennent. « On dit allahou akbar ! » entonne Marwan Muhammad, le président du CCIF et coorganisateur de cette marche, micro en main, avant que la foule devant lui ne reprenne en cœur comme un refrain sacré « allahou akbar ! », trois fois de suite. L’homme reprend, « on dit allahou akbar parce qu’on est fier d’être musulman et fier d’être citoyen français ». Il reprend :  « on dit allahou akbar car on en a marre que des médias fassent passer cette expression religieuse pour une expression de guerre », ce qu'elle est pourtant partout dans le monde où l'islamisme sévit.

Plus tard, de la même voiture sont proférés d’autres slogans, de la bouche de Taha Bouhafs : « Si t’aimes pas Éric Zemmour tape dans tes mains ! Si t’aimes pas Laurent Bouvet tape dans tes mains ! Si t’aimes pas Zineb El Rhazoui tape dans tes mains ! ». La même voix reprend, « on n’entend pas chanter Marine Le Pen, on n’entend pas chanter Marine Le Pen ! », puis « on n’entend pas chanter Eric Zemmour, on n’entend pas chanter Eric Zemmour ». Les sifflements de la foule s’élèvent quand l’animateur se met à vociférer « et ils sont où socialistes ? », avant de poursuivre : « Même si Jean-Michel Blanquer ne veut pas, nous on est là ! ». Ou encore « Et c'est pas les musulmans : qui posent problème. C'est Valeurs actuelles : qui a la haine ».
Ici, dans la manifestation, la laïcité à la française semble mise à mal... soudainement pleine d'ambiguité. L'un des panneaux d'une manifestante, voilée elle aussi, dit tout de cette confusion entretenue par la gauche depuis que la religion a changé de visage, passant du catholicisme bourgeois à  l'islam prolétaire : « Votre laïcité, Notre liberté ». Comme si, désormais, la laïcité n'était plus l'armure de la République face à la religion, mais au contraire l'arme des religions, face à la République...







_________________
"J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité."
Emmanuel Micron
Back to top
lamgalantaise


Offline

Joined: 27 Aug 2011
Posts: 8,254
Féminin Cancer (21juin-23juil)

PostPosted: Wed 13 Nov - 14:13 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

Que de pauvres victimes dont la plupart gavés aux aides sociales 
_________________
Je demande aux Français de ne pas me juger sur le jeu du buzz médiatique ou des petites phrases qui affaiblissent la politique, mais sur les visions et les convictions que j'essaye de porter. Moi! Je n'ai pas trahi ma famille politique. Wauquiez
Back to top
Nadja


Offline

Joined: 10 Sep 2018
Posts: 2,011
Localisation: A l'ouest !
Féminin

PostPosted: Wed 13 Nov - 16:40 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

Certains vont jusqu’à comparer la situation des musulmans en France aujourd’hui à celle des juifs sous Vichy, en arborant une étoile jaune.   Evil or Very Mad  quelle honte ! 
Back to top
Poly


Offline

Joined: 27 Aug 2011
Posts: 26,234
Féminin

PostPosted: Thu 14 Nov - 10:46 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

Et ça, c'est du vrai courage ! autre chose que les femmen qui ne s'attaquent qu'aux cathos, c'est moins dangereux... D'ailleurs ces andouilles ont aussitôt critiqué Meriam Abidi. Honte à ces nanas stupides.


https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/meriam-abidi-la-femini…




Quote:
on apparition gorge au vent lors de la marche contre l’islamophobie, le 10 novembre à Paris, a fait scandale. Mais, qui est donc Meriam Abidi, cette militante féministe qui combat le communautarisme islamique ? 
« Solidarité avec les femmes voilées. » Le cortège de la marche contre l’islamophobie qui rallie la place de la République, à Paris, scande sans relâche ce slogan sans équivoque. Alors que les manifestants atteignent le boulevard de Denain, une femme d’une quarantaine d’année brandit avec panache un écriteau où est inscrit « le blasphème est un droit républicain ». Son nom : Meriam Abidi. Alors qu’elle tente de protester contre l’instrumentalisation du corps de la femme dans la religion musulmane, elle est violemment prise à parti par plusieurs individus.
Au loin, les sifflets désapprobateurs de la foule s’abattent sur elle. Tentant de s’accrocher tant bien que mal à sa pancarte, Meriam Abidi cède sous la brutalité des gestes de ses détracteurs. Elle ne se résigne pas et décide de faire entendre sa voix autrement. D’un coup d’un seul, elle défait sa veste. Seins nus, les poings levés vers le ciel, la jeune femme arbore sur son buste un pan de phrase courageux : « Ne bradons pas la laïcité ». Son prêche ne convainc pas. La vindicte populaire s’abat avec hystérie sur cette dernière. Les insultes en arabes fusent. On lui jette des bouteilles en plastique à la figure. La grande piété des hommes musulmans est particulièrement perturbée par le geste de Meriam Abidi, qui seins nus proteste contre la dictature sexuelle du Coran.
Poings levés, elle ne renonce pas mais se fait rapidement évacuer par le service d’ordre de la manifestation. Un homme perché sur un lampadaire va même jusqu’à recouvrir le corps de la ‘‘perturbatrice’’ par le drapeau palestinien. Elle est escortée sous la garde ‘‘bienveillante’’ de militants anti-fa qui lui demandent de «fermer sa gueule». Le service d’ordre la plaque violemment contre la porte cochère du 6 boulevard de Denain, tandis que la foule vengeresse la conspue. Un membre de la sécurité lui demande de lui serrer la main et de se taire après qu’elle est faite passer son message. Meriam n’en démord pas et scande « vive Charlie » et « la France n’est pas raciste ». Le courage si ce n’est son audace déplaît aux défilants qui scandent encore plus fort « solidarité avec les femmes voilées. » Voilée par la foule qui recouvre son corps par des foulards, Meriam Abidi est interpellée par la Police qui la place en garde-à-vue. Ultime affront fait à cette femme qui lutte de toutes ses forces contre l’islam politique, le groupe des FEMEN d’Inna Shevchenko se désolidarise de son action. Elles publient un communiqué décriant son geste. Pourtant, malgré les critiques la cataloguant de « féministe blanche islamophobe » Meriam Abidi est une figure du féminisme en Tunisie.
Face à la misogynie du fondamentalisme religieux du Coran, Meriam Abidi fait le choix d’un féminisme pacifique
La vie na pas toujours été facile pour Meriam Abidi. Née en 1980, à Kasserine en Tunisie, dans une famille pauvre, Meriam Abidi a vécu une enfance difficile. Elle comprend vite que les règles sociales imposées par la religion musulmane pèsent sur son statut de femme. Les interdits prônés par les imams sont nombreux : elle n’a pas le droit de s’habiller comme elle décide, ni de jouer dans la rue avec ses copines. De plus, sa famille est très exigeante et lui demande de se comporter comme une bonne musulmane, en dehors de la cellule familiale. Se comporter comme une bonne musulmane ? Cette phrase interpelle la jeune fille qui n’en comprend pas bien le sens jusqu’à ses 13 ans. Une jeune fille de son quartier qu’elle connaît bien est empoisonnée par ses proches, pour être tombée enceinte. Cette peur va gâcher son adolescence. 
À 18 ans, elle se prend d’affection pour un jeune garçon de son quartier. L’attraction est mutuelle. Les parents de Meriam approuvent cette relation. Pourtant, cette attirance va virer au cauchemar. Son petit copain l’invite chez lui. Ils se retrouvent seuls. Sous prétexte d’un jeu, elle est attachée aux barreaux du lit de son amoureux. Il va alors se jeter sur elle et la déshabiller brutalement. À 18 ans, Meriam Abidi est violée par cet être qu’elle considérait comme cher à son cœur. Après l’avoir prise en photo, nue et attachée au lit, l’homme fait chanter sa victime. Il lui ordonne de lui obéir. Il menace Meriam en jurant devant Dieu de diffuser les photos si elle ne fait pas ce qu’il lui dit. L’adolescente s’exécute. Par peur de représailles et par honte de la réaction de sa famille, elle demeure cloitrée de force chez elle pendant un an et demi. Sa famille devient sa prison. Elle a peur des siens. Son compagnon d’alors va l’obliger à se marier de force avec lui. Meriam refuse et quitte précipitamment la Tunisie pour rallier en 2006, la France.
En 2013, elle rejoint les rangs du très controversé groupe féministe ‘‘Femen’’. Sa rencontre avec Inna Shevchenko est un déclic. Elle se jure de lutter de toutes ses forces contre les abus de la religion musulmane sur la condition de la femme. Face à la misogynie du fondamentalisme religieux du Coran, Meriam Abidi fait le choix d’un féminisme pacifique. Elle affronte dans les yeux ceux qui longtemps ont nui son existence en rabaissant son image de femme et de musulmane. Désormais, elle fait table rase de cette morale islamique qu’elle a longtemps porté comme un lourd fardeau.
Membre active du groupe, elle monte au créneau à plusieurs reprises contre les représentants du fondamentalisme islamique. En 2015, seins nus, elle perturbe le rassemblement des imams radicaux lors du salon de la femme musulmane de Pontoise. Lors de cette manifestation, elle scande en arabe, « personne ne me soumet, personne ne me possède, je suis mon propre prophète ! ». Cette phrase marque les esprits. En 2016, seins nus, elle participe à l’interruption du 33e rassemblement des musulmans de France, organisé au Bourget, par Tariq Ramadan et ses complices, les frères musulmans. Elle initie le cri de colère des Femen, « Allah n’est pas un politicien » et défie publiquement l’islamologue. Meriam Abidi met tout son cœur dans la cause. Pourtant, elle sera de nouveau trahie par celle qu’elle considérait comme sa sœur, Inna Shevchenko.
Les Femen renient l’une des leurs
La meilleure d’entre toutes. Voici comment pourrait-on présenter le passage de Meriam Abidi chez les Femen. Son action est d’ailleurs immortalisée dans l’ouvrage d’Inna Shevchenko, Héroïques. En mai 2019, lors de la parution de l’ouvrage, elle la décrit en ses mots, « elle avait raison. Nous étions de plus en plus nombreuses à nous insurger contre l’oppression des religions. (…) Meriam combat aujourd’hui les morales religieuses qui ont inspiré les violences qu’elle a subies. » Quelques mois plus tard, le mouvement opère un retournement de veste aussi lâche que répugnant. Seule avec son courage, la franco-tunisienne a fait face à cette foule qui prônait les idées qu’elle combattait. Dans une série de tweets, l’organisation condamne le geste de Meriam Abidi et renie ainsi l’une des leurs. « La tactique FEMEN a été utilisée par une activiste sans accord du mouvement. FEMEN se bat pour le droit au blasphème contre toutes les religions, y compris l’Islam et pour le respect et la dignité des personnes, y compris des musulmans » est-il écrit. Le groupuscule féministe poursuit, « #FEMEN se bat pour la laïcité, la liberté d’expression et le droit au blasphème contre toutes les religions, y compris l’Islam. De la même manière, le mouvement se bat pour le respect et la dignité des personnes, y compris des musulmans. »
Ces écrits font tâches quant au soi-disant respect de la laïcité par les Femen. Face à l’islam radical, le groupe fait le dos rond et n’hésite pas à appeler à la fraternité entre les musulmans et les non-musulmans. Cette série de posts dénigre ce pourquoi Meriam Abidi s’est battue au nom de l’association. Dans Libération, en 2016, Shevchenko ventait le combat de son ancienne protégée. « Elle regrette les débats actuels. Pour elle, les Occidentaux ne comprennent pas à quel point l’islam affecte la vie des gens » a-t-elle écrit. Aujourd’hui, elle la dénigre et lui fait la leçon sur son impartialité et la taxe d’islamophobe. Pour les Femen, il est facile de s’agenouiller devant une religion misogyne et patriarcale. Pourtant, ces mêmes Femen ont à plusieurs reprises pris pour cible la religion catholique. En 2017, une de leur militante s’était emparée de la statuette de Jésus dans la crèche du Vatican à Rome. En 2013, ce même groupe envahissait l’église de la Madeleine à Paris et critiquait violemment la position des chrétiens sur l’avortement. Elles avaient d’ailleurs recouvert l’autel du lieu de culte de morceaux de foie de veau, pour représenter l’avortement de l’enfant Jésus par Marie. Chez les Femen, la laïcité va dans un certain sens. Si leur idéologie est volage, il n’en est pas de même pour Meriam Abidi qui a été au bout de ses convictions et de son combat.



_________________
"J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité."
Emmanuel Micron
Back to top
Poly


Offline

Joined: 27 Aug 2011
Posts: 26,234
Féminin

PostPosted: Mon 18 Nov - 13:57 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

Une autre femme de courage agressée par un islamiste...


https://www.valeursactuelles.com/societe/la-militante-pro-laicite-fatiha-bo…


Quote:


La féministe et essayiste française Fatiha Agag-Boudjahlat a raconté samedi 16 novembre, sur son compte Facebook, l'agression dont elle a été victime dans le métro parisien vendredi. Une attaque liée à ses origines maghrébines.


Fatitha Agag-Boudjahlat le dit tout de go: dans sa ville, Grenoble, elle ne s'est jamais sentie en danger. Vendredi soir, peu après son arrivée à Paris, la lauréate du prix de la Laïcité a été victime d'une agression. Sur le quai de la station Saint-George, dans le IXe arrondissement de Paris, elle patiente quand un homme croise son regard. « Il m’a traité plusieurs fois de pute en arabe. J’aurais dû me taire », écrit l'auteure du Grand Détournement, qui lui a valu de remporter le prix du livre politique 2018.
« C’est chouette le communautarisme »
Quand elle lui demande pourquoi il l'insulte ainsi, il revient sur ses pas, s'approche d'elle et lève un bras menaçant dans sa direction. « Je ne me suis pas démontée, je l’ai poussé et lui ai redit qu’il n’avait pas à me dire ça. Il a essayé de me frapper, je me suis défendue, il a quand même réussi à me mettre un coup de poing. » Deux hommes interviennent et obligent l'agresseur à quitter les lieux. Celui-ci part en lançant un flot d'insultes.
Fatiha Agag-Boudjahlat décrit ensuite la honte qui l'a envahie, en se demandant si sa tenue vestimentaire avait pu susciter une telle réaction. « J’étais habillée comme une Amish à cause du froid. Mais quand même aurais-je été en mini jupe ? » Pour elle le plus dur est d'avoir été « insultée de p*** en arabe parce que j’étais une femme arabe seule dans le métro à 20h20 » Elle reproche à cet « arabe » d'imaginer avoir « des droits sur toutes les femmes arabes. C’est chouette le communautarisme »
Elle succède à d’autres grands défenseurs de la laïcité
Au début du mois de novembre, son livre Combattre le voilement, lui a valu d'obtenir le prix de la Laïcité de la part du Comité Laïcité République. Elle succède à d’autres grands défenseurs de la laïcité comme Georges Bensoussan, Jeannette Bougrab ou Caroline Fourest. 

_________________
"J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité."
Emmanuel Micron
Back to top
Poly


Offline

Joined: 27 Aug 2011
Posts: 26,234
Féminin

PostPosted: Mon 18 Nov - 14:01 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

https://www.facebook.com/pages/category/Author/Fatiha-Boudjahlat-3707344434…
_________________
"J'ai toujours assumé la dimension de verticalité, de transcendance, mais en même temps elle doit s'ancrer dans de l'immanence complète, de la matérialité."
Emmanuel Micron
Back to top
Minouchette


Offline

Joined: 12 Jan 2018
Posts: 5,462
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

PostPosted: Mon 18 Nov - 14:28 (2019)    Post subject: Une si belle (mini)manif ! Reply with quote

Je peux dire qu'ayant une copine Marocaine, qui n'approuve vraiment pas le comportement des femmes, et même de sa famille qui vivait à l'européenne, les ont élevé à l'européenne, mais le père et la mère depuis qu'ils ont fait le pélerinage, maintenant, respectent le coran!
Sa mère en tenue locale, ils vont à la mosquée, chose qu'ils n'avaient jamais fait, et le reste de la famille suit, soeurs, frères, nièces, etc... et elle refuse, donc vit en ménage avec un Français a eu une petite fille, et continue sa vie à l'européenne, elle se fait insulter chez elle, n'a plus le droit de participer aux réunions de familles! son compagnon n'est pas reçu! voilà ce qu'il se passe, comme elle dit, "pourquoi pendant des années tout allait bien entre nous, et là mon père à 85 ans, ma mère 80, agissent ils ainsi? ils avaient vendu leur villa, habitent en HLM, et ont acheté une maison au Maroc, ses frères et soeurs, idem, et sont en HLM, il n'y a qu'elle qui a acheté son appartement, et ne va jamais au Maroc, du coup c'est une mécréante! sa fille aussi! la petite a un problème de santé, sa mère lui a dit "qu'elle crève ta mécréante", 
_________________
Pas la peine de me traiter de LREM, je spécifie aussi, que je ne suis ni PS, ni LFI, ni RN! et surtout pas c*nnard comme M** :
Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Inforum Forum Index -> La politique -> Salon de discussion All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group