Inforum Forum Index

Inforum
forum généraliste, politique, humour, photos et tout ce que vous aimez ...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



 Bonjour Guest 


     
 
Perquisition à « Mediapart » : Matignon reconnaît avoir transmis des informations au parquet

 
Post new topic   Reply to topic    Inforum Forum Index -> La politique -> Salon de discussion
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Minouchette


Offline

Joined: 12 Jan 2018
Posts: 4,283
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

PostPosted: Wed 6 Feb - 18:37 (2019)    Post subject: Perquisition à « Mediapart » : Matignon reconnaît avoir transmis des informations au parquet Reply with quote

PublicitéSupprimer les publicités ?
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/02/06/la-perquisition-avortee-d…
Perquisition à « Mediapart » : Matignon reconnaît avoir transmis des informations au parquet
Selon les informations du « Monde », le directeur du cabinet d’Edouard Philippe a lui-même transmis au procureur de Paris des informations émanant de journalistes.
Publié aujourd’hui à 14h28, mis à jour à 17h09
Sur la base de quels éléments le procureur de Paris, Rémy Heitz, a-t-il fondé sa tentative de perquisition dans les locaux de Mediapart ? Lundi 4 février, deux magistrats du parquet s’étaient présentés dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte, notamment, pour « atteinte à la vie privée », afin de saisir des éléments liés aux enregistrements clandestins d’une conversation entre l’ancien conseiller du président de la République, Alexandre Benalla, et Vincent Crase, ex-employé de La République en marche, publiés la semaine précédente par le site d’information.
Ces enregistrements datant du 26 juillet, dans lesquels M. Benalla se prévaut du soutien d’Emmanuel Macron, tendent à établir qu’il a violé son contrôle judiciaire.
Lire aussi  Affaire Benalla : en juillet, l’ex-chargé de mission se prévalait du soutien de Macron
Face au tollé provoqué par cette perquisition – avortée en raison du refus de Mediapart d’obtempérer, comme la loi l’y autorise –, le parquet avait précisé avoir été « destinataire d’éléments ayant justifié l’ouverture d’une enquête préliminaire », sans plus de précisions.
Lire aussi  A « Mediapart », une perquisition avortée et contestée
Dans un article publié mercredi 6 févrierMediapart affirme que les informations en question provenaient de Matignon. Selon les informations du Monde, c’est le directeur du cabinet d’Edouard Philippe, Benoît Ribadeau-Dumas, qui a lui-même informé le procureur de Paris, Rémy Heitz. Mediapart assure que la perquisition a été ensuite déclenchée après la transmission au parquet, vendredi 1er février, de ces éléments que Matignon tenait de l’hebdomadaire Valeurs actuelles.
Une lettre de Matignon au procureur
Jeudi 31 janvier, dans la foulée de la publication des enregistrements de MM. Benalla et Crase, Valeurs actuelles avaient adressé deux questions à Matignon : « L’hebdomadaire croit savoir que la conversation enregistrée entre Benalla et Crase a eu lieu dans l’appartement de la responsable du groupement chargé de la sécurité du premier ministre, le GSPM, et se demande si les enregistrements révélés par Mediapart ne seraient pas des écoutes administratives – comprendre : réalisées par un service de renseignement », écrit le site d’information.
Contacté par Le Monde, le journaliste en question, Louis de Raguenel, ancien membre du cabinet du ministre de l’intérieur Claude Guéant et auteur d’un entretien avec Alexandre Benallapublié dans Valeurs actuelles le 19 octobre, confirme les éléments avancés par Mediapart. Il précise avoir posé à Matignon « beaucoup d’autres questions » que les deux citées dans l’article :
« Je voulais savoir dans quelles circonstances l’enregistrement de Benalla et Crase avait été fait. D’abord pour savoir qui participait à la scène et où, pour pouvoir la décrire. Et aussi pour savoir si des services étatiques avaient été mobilisés : la bande provient-elle d’une écoute ou d’une sonorisation clandestine ? L’idée n’était aucunement d’enquêter sur les sources de “Mediapart”, ni de savoir comment ils ont eu accès à l’enregistrement. Je n’ai fait que mon travail et posé des questions. »
Sollicité par Le Monde, Matignon a expliqué avoir ensuite transmis ces éléments au parquet de Paris, dans un souci de « transparence » :
« Plusieurs journalistes nous ont contactés jeudi et vendredi pour tenter d’établir un lien entre la chef du GSPM, son conjoint, et la rupture du contrôle judiciaire de MM. Benalla et Crase. Matignon a donc procédé à de premières vérifications. »
Dans un courrier en date du 1er février, adressé au procureur de Paris et signé de M. Ribadeau-Dumas, que Le Monde a pu consulter, ce dernier explique en effet avoir « convoqué sans attendre » Marie-Elodie Poitout, chef du GSPM, suite à ces questionnements de journalistes. Elle lui aurait alors expliqué avoir « reçu M. Benalla, qu’elle dit connaître depuis 2017, à son domicile, fin juillet, avec un ami commun » mais assure que Vincent Crase n’était pas présent. Sur le rôle prétendument tenu par le conjoint de Mme Poitout, le directeur de cabinet du premier ministre assure n’avoir « aucun élément sur ce point ».
Enfin, celui-ci affirme également qu’aucun des protagonistes n’a fait l’objet « d’autorisation de techniques de renseignement », réfutant ainsi la théorie selon laquelle l’enregistrement aurait été réalisé par un service de renseignement. « Telles sont les informations qu’il m’a paru utile de porter à votre connaissance », conclut-il.
« Cela me paraît étrange »
Matignon précise également au Monde qu’« il ne s’agit en aucun cas d’un signalement ou d’un article 40 [du code pénal, qui impose aux agents publics le signalement des crimes ou délits dont ils ont connaissance]. Il s’agit simplement de partager en toute transparence avec la justice des éléments de réponse transmis à la presse et qui sont susceptibles de concerner une affaire judiciaire en cours. Qui comprendrait que Matignon réserve à la presse des informations que la justice pourrait estimer utiles ? »
Une façon de faire qui interpelle un poids lourd de la majorité : « A quel titre ces informations ont été transmises ? La logique ça serait l’article 40, car Matignon n’a pas à communiquer avec les procureurs normalement. Cela me paraît étrange. »
Ce serait donc sur la base de cette « alerte » de l’exécutif que le procureur de la République aurait ouvert une enquête pour « atteinte à l’intimité de la vie privée » et « détention illicite d’appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d’interception de télécommunications ou de conversations », puis déclenché une perquisition, sans qu’aucune plainte n’ait été déposée.
Lire aussi  Les questions que pose la tentative de perquisition à « Mediapart »
Back to top
Minouchette


Offline

Joined: 12 Jan 2018
Posts: 4,283
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

PostPosted: Wed 6 Feb - 18:41 (2019)    Post subject: Perquisition à « Mediapart » : Matignon reconnaît avoir transmis des informations au parquet Reply with quote

Au cours de l'audition, la commissaire divisionnaire a nié avoir effectué ces enregistrements. Elle a en revanche reconnu avoir reçu à son domicile Alexandre Benalla sur cette même période, pour lui témoigner son soutien. Marie-Élodie Poitout est incapable de donner de date précise, et ne parvient pas non plus à se souvenir de l'éventuelle présence de Vincent Crase à cette rencontre. Son compagnon, «membre des forces spéciales» selon une source du Parisien, a bien assisté à cette rencontre, a-t-elle confirmé aux enquêteurs. On ignore encore si elle a tenu informé Matignon de cette rencontre, alors même que le gouvernement et l'exécutif se trouvaient dans une tempête médiatique concernant les violences d'Alexandre Benalla en marge du défilé du 1er mai.
Dans un article publié mercredi, Mediapart précise la manière dont l'enquête préliminaire a été lancée en urgence le week-end dernier par le parquet de Paris. Le 31 janvier, un journaliste de Valeurs actuelles a demandé à Matignon si ces conversations enregistrées ont bien eu lieu dans l'appartement de la responsable du GSPM, et s'ils avaient été orchestrés par un service de renseignement. Après avoir interrogé la cheffe de la sécurité, les services du premier ministre ont informé le journaliste qu'il n'en était rien. Puis, Matignon a transmis l'information à la justice.


À VOIR AUSSI - Perquisition à Médiapart: «Le procureur de Paris se porte lui seul garant de la vie privée d'Alexandre Benalla»
Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 03:38 (2019)    Post subject: Perquisition à « Mediapart » : Matignon reconnaît avoir transmis des informations au parquet

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Inforum Forum Index -> La politique -> Salon de discussion All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group