Inforum Index du Forum

Inforum
forum généraliste, politique, humour, photos et tout ce que vous aimez ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bonjour Invité 


     
 
La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 2 648
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Ven 14 Sep - 12:58 (2018)    Sujet du message: La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession 
·        Par  Guillaume Guichard   Pierre Lepelletier  
 http://www.lefigaro.fr/impots/2018/09/14/05003-20180914ARTFIG00152-la-majorite-veut-s-attaquer-sans-tabou-aux-droits-de-succession.php 
·        Publié le 14/09/2018 à 12:43 
·        Le délégué général de La République en marche, Christophe Castaner, veut réformer le dispositif. Emmanuel Macron a déclaré par le passé qu'il voulait alourdir cette fiscalité. ·        La majorité veut se pencher sur les droits de succession. Lors de sa conférence de presse de rentrée, le délégué général du parti majoritaire La République en marche (La REM) Christophe Castaner a déclaré vouloir lancer «une réflexion sans tabou pour une refonte de la fiscalité sur les successions». «L'outil privilégié pour corriger les inégalités de naissance, l'impôt sur les successions, est complexe et n'a pas suivi l'évolution de la société, a-t-il argumenté. Il nous semble essentiel d'ouvrir une réflexion en vue de réformer en profondeur la fiscalité sur les successions dans notre pays.»
·        L'idée n'est pas nouvelle dans la macronie, mais elle n'avait pas refait surface depuis avril 2016. À l'époque ministre de l'Économie, Emmanuel Macron s'était dit favorable à un alourdissement de la fiscalité sur les successions. «Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF», avait-il déclaré dans la revue Risques.
«C'est un marqueur qui correspond à une politique de centre gauche, il faut le reconnaître»
Pierre Person, LaREM
Comme il l'avait annoncé lors de la campagne, le président a supprimé l'ISF cette année - pour le remplacer par une taxation similaire sur les seuls biens immobiliers. Est-il donc maintenant venu le temps d'alourdir l'imposition des successions? «Nous voulons mener une réflexion sans tabou au sein de LaREM, a prudemment indiqué Pierre Person, député (LaRem) et membre de la commission des Finances. Mais c'est un marqueur qui correspond à une politique de centre gauche, il faut le reconnaître.»
Aujourd'hui, les successions bénéficient d'un abattement de 100.000 euros en ligne directe (parents-enfants). Au-delà, un barème progressif s'applique, qui peut grimper jusqu'à 45% en ligne directe (pour les parts supérieures à 1,8 million d'euros) ou même 60% entre un oncle et son neveu.
La rédaction vous conseille
·        Un an après, les promesses du candidat Macron passées au crible 
·        L'ISF, ou la longue histoire des errements fiscaux français 
 
Revenir en haut
Nadja


Hors ligne

Inscrit le: 10 Sep 2018
Messages: 707
Localisation: Indre
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Sep - 14:57 (2018)    Sujet du message: La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession Répondre en citant

Chaque fois que l'on parle de réforme je prends peur maintenant ! 
Revenir en haut
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 2 648
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Ven 14 Sep - 16:16 (2018)    Sujet du message: La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession Répondre en citant

Nadja a écrit:
Chaque fois que l'on parle de réforme je prends peur maintenant ! 


Vous n'êtes pas la seule! mais ne soyons pas inquiets pour eux, ils auront toutes les combines pour passer à travers (droite, comme gauche)
Revenir en haut
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 2 648
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Ven 14 Sep - 16:22 (2018)    Sujet du message: La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession Répondre en citant

http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2018/03/06/31007-20180306ARTFIG00124-impot-sur-les-successions-il-ne-fait-pas-bon-mourir-francais.php
Un des impôts les plus élevés du monde
Citation:
Avec un taux de 45 %, l'impôt sur les successions français est le plus élevé d'Europe.


En France, le taux d'imposition marginal sur les successions en ligne directe, à savoir entre parents et enfants, s'élève à… 45 % ; ce qui est le taux le plus élevé de l'Union européenne. À titre de comparaison, ce taux s'élève à seulement 30 % en Allemagne, 15 % au Danemark et même 4 % en Italie. Du reste, il s'agit du troisième taux le plus élevé du monde, en ligne directe, après celui du Japon (55 %) et de la Corée du Sud (50 %).
S'ajoute à ce taux exorbitant le fait que la France ait l'un des abattements en ligne directe (montant exonéré d'impôt sur les successions) les plus faibles du monde: 100 000 euros contre 1 million d'euros en Italie et désormais 11,2 millions de dollars aux États-Unis.
Et l'imposition est encore plus confiscatoire pour les autres héritiers dès lors qu'ils peuvent être taxés jusqu'à 55 % s'ils font partie de la famille et même jusqu'à 60 %, sans abattement, dans le cas inverse.
Un impôt qui a récemment augmenté
Déjà élevé, l'impôt sur les successions a été progressivement renforcé au cours des dernières années. Le taux d'imposition marginal applicable en ligne directe a ainsi été augmenté en 2013 de 40 % à 45 %. De plus, le montant de l'abattement applicable (montant exonéré d'impôt) a été réduit de plus d'un tiers en 2012, passant de 159 325 euros à 100 000 euros. Sans compter que les conditions pour bénéficier de ce dernier ont été sensiblement renforcées dans la mesure où le délai de «rapport fiscal», à savoir le délai applicable pour qu'un héritier puisse bénéficier de l'abattement au moment de la succession après en avoir bénéficié au titre d'une donation antérieure a été plus que doublé: fixé initialement à 6 ans, il a été porté à 10 ans en 2011… puis à 15 ans en 2012.
S'ajoute à cela le gel du barème de l'impôt sur les successions depuis 2012 (ce dernier était auparavant indexé sur l'inflation, comme le barème de l'impôt sur le revenu) et le durcissement du système des paiements fractionnés, lequel permet aux héritiers d'étaler dans le temps le règlement de leur imposition. Le délai de règlement qui pouvait, dans certaines circonstances, s'étaler jusqu'à 10 ans a été réduit en 2015 à seulement 3 ans. Or ce délai est très souvent difficile à respecter ; tant et si bien que certains héritiers sont amenés à se séparer, contre leur gré, d'une partie des biens dont ils ont hérité.
Enfin, le taux d'intérêt dû par les héritiers pour bénéficier de ce paiement fractionné a également été modifié en 2015 dans la mesure où a été substitué au taux légal très faible, voire nul (0 % en 2013 et 2014), un taux d'intérêt indexé sur les prêts immobiliers à taux fixe consentis aux particuliers (2,2 % en 2015).
Résultat des courses: les recettes de l'impôt sur les successions, et accessoirement des donations, se sont envolées au cours des dernières années ; d'environ 7,7 milliards d'euros en 2011, elles sont passées à plus de 12 milliards d'euros en 2016 selon Eurostat, ce qui représente une hausse de 56 % en seulement 6 ans!
Et qui pourrait encore augmenter dans les prochaines années…
Comment remédier au problème de l'imposition confiscatoire des héritages français? En les imposant encore un peu (ou beaucoup!) plus, bien entendu! Selon France Stratégie, l'OFCE et plus récemment le Conseil des prélèvements obligatoires, l'impôt sur les successions français, quand bien même il serait déjà l'un des plus élevés du monde, ne serait pas encore assez élevé pour remplir l'objectif que certains lui ont assigné, à savoir «freiner la part de l'héritage dans la constitution du patrimoine des ménages». Encore un combat bien français!
En conséquence, le Conseil des prélèvements obligatoires a proposé dans son dernier rapport de réduire, voire de supprimer l'abattement de 100 000 euros applicable aux enfants dans la mesure où les privilégier fiscalement ne serait plus vraiment dans l'air du temps. Il va sans dire qu'une telle suppression impacterait tous les ménages français et pas seulement les plus aisées. Alerte donc pour les héritages français…
De nombreux pays ont supprimé cet impôt
Encore une fois, la France se trouve totalement à contre-courant du reste du monde. Depuis le début des années 2000, 15 des 35 pays de l'OCDE ont supprimé l'impôt sur les successions, parmi lesquels le Portugal (2004), la Suède (2005) la Russie (2005), l'Autriche (2008), la République Tchèque (2014) et la Norvège (2014). L'Italie les a également supprimés en 2001 avant de les réintroduire en 2006 à un taux très faible.
Citation:
Encore une fois, la France se trouve totalement à contre-courant du reste du monde.


Comme on peut le constater, ce ne sont pas les pays qui taxent ou redistribuent le moins qui ont aboli l'impôt sur les successions ; le niveau de pression fiscale et des dépenses publiques de la Suède et de l'Autriche étant relativement proches de ceux de la France. Cela illustre le fait que certains pays protecteurs ont su faire passer leur prospérité économique avant une idéologie fiscale destructrice… En Suède, État-providence par excellence, ce sont d'ailleurs les sociaux-démocrates qui ont supprimé les droits de succession ; ce qui a eu un impact bénéfique puisque le célèbre fondateur d'IKEA, Ingvar Kamprad, et d'autres grands industriels, ont choisi d'y retourner après plusieurs années d'expatriation fiscale.
Une tendance s'expliquant par des raisons économiques et morales
Cette tendance visant à abolir ou, du moins, à supprimer les droits de succession s'explique par des raisons aussi bien économiques que morales. D'un point de vue économique, les pays confrontés à une concurrence fiscale de plus en plus intense savent qu'ils doivent impérativement réduire l'imposition du capital ; sous peine de voir leurs contribuables s'en aller. D'un point de vue moral ensuite, l'impôt sur les successions présente l'écueil de sacrifier la conception intergénérationnelle et familiale de la propriété, au profit d'une conception purement mono-générationnelle et individualiste ; ce qui revient à limiter le champ de la transmission parentale à des éléments principalement immatériels tels que l'éducation ou les valeurs morales.
Il va sans dire que l'accaparement des héritages par l'État n'est pas du goût de tous ceux qui ont travaillé leur vie durant en espérant léguer le fruit de leur travail à leurs enfants.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:35 (2018)    Sujet du message: La majorité veut s'attaquer «sans tabou» aux droits de succession

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com