Inforum Index du Forum

Inforum
forum généraliste, politique, humour, photos et tout ce que vous aimez ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bonjour Invité 


     
 
Voilà pourquoi la justice est pourrie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Isa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2011
Messages: 13 891

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 10:48 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
'idéologie «seventies» du Syndicat de la magistrature
Un texte fameux de 1974 rappelle sur quelles bases s'était créée l'organisation qui représente aujourd'hui un tiers des magistrats français.
Né en 1968 dans le sillage du mouvement de Mai, le Syndicat de la magistrature (SM) n'a jamais caché un fort ancrage à gauche. Le «mur des cons» découvert dans ses locaux parisiens n'est, au fond, qu'une expression caricaturale d'une idéologie radicale, dont les racines plongent dans les années où les clivages politiques se revendiquaient violemment.
Un texte fameux, qui date de 1974, résume parfaitement l'atmosphère de l'époque, qui voyait l'émergence de «juges rouges» - ainsi appelés par leurs détracteurs - en réaction à des années de mise au pas de la justice par le pouvoir politique. L'auteur de cette harangue, Oswald Baudot, était substitut à Marseille et membre du SM. La publication de son manifeste, critique ouverte de l'impartialité, lui valut des poursuites disciplinaires: «Soyez partiaux, écrivait-il. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté. (…) Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l'ouvrier contre le patron, pour l'écrasé contre la compagnie d'assurances de l'écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.»
Oswald Baudot a comparu devant le Conseil supérieur de la magistrature en 1975 ; une réprimande a été suggérée, mais le ministre de la Justice ne prononça aucune sanction contre le substitut marseillais, très soutenu par le corps de la magistrature, toutes obédiences syndicales confondues - cette unanimité appartient elle aussi à une autre époque.
DOCUMENT - La harangue d'Oswald Baudot à des magistrats qui débutent
Vous voilà installés et chapitrés. Permettez-moi de vous haranguer à mon tour, afin de corriger quelques-unes des choses qui vous ont été dites et de vous en faire entendre d'inédites.
En entrant dans la magistrature, vous êtes devenus des fonctionnaires d'un rang modeste. Gardez-vous de vous griser de l'honneur, feint ou réel, qu'on vous témoigne. Ne vous haussez pas du col. Ne vous gargarisez pas des mots de «troisième pouvoir» de «peuple français», de «gardien des libertés publiques», etc. On vous a dotés d'un pouvoir médiocre: celui de mettre en prison. On ne vous le donne que parce qu'il est généralement inoffensif. Quand vous infligerez cinq ans de prison au voleur de bicyclette, vous ne dérangerez personne. Évitez d'abuser de ce pouvoir.
Ne croyez pas que vous serez d'autant plus considérables que vous serez plus terribles. Ne croyez pas que vous allez, nouveaux saints Georges, vaincre l'hydre de la délinquance par une répression impitoyable. Si la répression était efficace, il y a longtemps qu'elle aurait réussi. Si elle est inutile, comme je crois, n'entreprenez pas de faire carrière en vous payant la tête des autres. Ne comptez pas la prison par années ni par mois, mais par minutes et par secondes, tout comme si vous deviez la subir vous-mêmes.
Il est vrai que vous entrez dans une profession où l'on vous demandera souvent d'avoir du caractère mais où l'on entend seulement par là que vous soyez impitoyables aux misérables. Lâches envers leurs supérieurs, intransigeants envers leurs inférieurs, telle est l'ordinaire conduite des hommes. Tâchez d'éviter cet écueil. On rend la justice impunément: n'en abusez pas.
Dans vos fonctions, ne faites pas un cas exagéré de la loi et méprisez généralement les coutumes, les circulaires, les décrets et la jurisprudence. Il vous appartient d'être plus sages que la Cour de cassation, si l'occasion s'en présente. La justice n'est pas une vérité arrêtée en 1810. C'est une création perpétuelle. Elle sera ce que vous la ferez. N'attendez pas le feu vert du ministre ou du législateur ou des réformes, toujours envisagées. Réformez vous-mêmes. Consultez le bon sens, l'équité, l'amour du prochain plutôt que l'autorité ou la tradition.
La loi s'interprète. Elle dira ce que vous voulez qu'elle dise. Sans y changer un iota, on peut, avec les plus solides «attendus» du monde, donner raison à l'un ou à l'autre, acquitter ou condamner au maximum de la peine. Par conséquent, que la loi ne vous serve pas d'alibi.
D'ailleurs, vous constaterez qu'au rebours des principes qu'elle affiche, la justice applique extensivement les lois répressives et restrictivement les lois libérales. Agissez tout au contraire. Respectez la règle du jeu lorsqu'elle vous bride. Soyez beaux joueurs, soyez généreux: ce sera une nouveauté!
Ne vous contentez pas de faire votre métier. Vous verrez vite que, pour être un peu utile, vous devez sortir des sentiers battus. Tout ce que vous ferez de bien, vous le ferez en plus. Qu'on le veuille ou non, vous avez un rôle social à jouer. Vous êtes des assistantes sociales. Vous ne décidez pas que sur le papier. Vous tranchez dans le vif. Ne fermez pas vos cœurs à la souffrance ni vos oreilles aux cris.
Ne soyez pas de ces juges soliveaux qui attendent que viennent à eux les petits procès. Ne soyez pas des arbitres indifférents au-dessus de la mêlée. Que votre porte soit ouverte à tous. Il y a des tâches plus utiles que de chasser ce papillon, la vérité, ou que de cultiver cette orchidée, la science juridique.
Ne soyez pas victime de vos préjugés de classe, religieux, politiques ou moraux. Ne croyez pas que la société soit intangible, l'inégalité et l'injustice inévitable, la raison et la volonté humaine incapables d'y rien changer.
Ne croyez pas qu'un homme soit coupable d'être ce qu'il est ni qu'il ne dépende que de lui d'être autrement. Autrement dit, ne le jugez pas. Ne condamnez pas l'alcoolique. L'alcoolisme, que la médecine ne sait pas guérir, n'est pas une excuse légale mais c'est une circonstance atténuante. Parce que vous êtes instruits, ne méprisez pas l'illettré. Ne jetez pas la pierre à la paresse, vous qui ne travaillez pas de vos mains. Soyez indulgents au reste des hommes. N'ajoutez pas à leurs souffrances. Ne soyez pas de ceux qui augmentent la somme des souffrances.
Soyez partiaux. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté. C'est la tradition capétienne. Examinez toujours où sont le fort et le faible, qui ne se confondent pas nécessairement avec le délinquant et sa victime. Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l'ouvrier contre le patron, pour l'écrasé contre la compagnie d'assurances de l'écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.
Ayez un dernier mérite: pardonnez ce sermon sur la montagne à votre collègue dévoué.
Oswald Baudot
_________________
"La politique de l'autruche, c'est une politique qui court vite, une politique qui fait des gros œufs, c'est tout."
KARADOK
Revenir en haut
Isa
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2011
Messages: 13 891

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 10:55 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie Répondre en citant

«Soyez partiaux, écrivait-il. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté. (…) Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l'ouvrier contre le patron, pour l'écrasé contre la compagnie d'assurances de l'écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.»




Du gauchisme pur jus. Moi je suis pour la victime pas pour le coupable, et que le coupable soit fort ou faible, que la victime soit forte ou faible, ça ne change rien. L'Egalité, c'est ça. 
Les juges rouges eux préféreront tjrs un ladkim qu'un Beltrame.
_________________
"La politique de l'autruche, c'est une politique qui court vite, une politique qui fait des gros œufs, c'est tout."
KARADOK


Dernière édition par Isa le Ven 6 Avr - 10:59 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 1 871
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 10:58 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie Répondre en citant

Une partie de la justice est bien à gauche toute! nous la voyons agir tous les jours! mais malheureusement comme les journalistes, c'est déjà pendant les études!
Revenir en haut
Sun


Hors ligne

Inscrit le: 12 Fév 2018
Messages: 260
Masculin Bélier (21mar-19avr)

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 19:21 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie Répondre en citant

Nôtre justice fait dans ses frocs.............
Revenir en haut
claire berger


Hors ligne

Inscrit le: 13 Déc 2017
Messages: 49
Localisation: Montélimar
Féminin Sagittaire (22nov-21déc)

MessagePosté le: Ven 6 Avr - 22:31 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie Répondre en citant

"selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cours vous rendront blancs ou noirs"

Il n'est nul besoin d'appartenance politique, il suffit d'avoir les bons "amis" politiques de quelque bord qu'ils soient
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:45 (2018)    Sujet du message: Voilà pourquoi la justice est pourrie

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com