Inforum Index du Forum

Inforum
forum généraliste, politique, humour, photos et tout ce que vous aimez ...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bonjour Invité 


     
 
Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 2 956
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 11:39 (2018)    Sujet du message: Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
http://www.leparisien.fr/economie/routes-voies-ferrees-et-fluviales-voici-l…
Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans 
>Economie|Vincent Verier|01 février 2018, 9h16| 
Le rapport sur les routes, voies ferrées et fluviales que l'Etat devrait financer en priorité est présenté ce jeudi par l'ex-député Philippe Duron. En exclusivité, il nous en dévoile les grandes lignes. Quelle ligne ferroviaire construire en priorité ou, à l'inverse, quelle autoroute vaut-il mieux abandonner ? Quatre mois après son installation par la ministre des Transports, Elisabeth Borne, le Conseil d'orientation des infrastructures rend ses conclusions ce jeudi. Un document de 180 pages, très attendu, qui doit servir de base à la future loi de programmation des infrastructures, présentée au printemps. Pour son président, Philippe Duron, ancien député socialiste, c'est l'heure des choix « réalistes, en adéquation avec les besoins des Français au quotidien ».
Comment avez-vous déterminé les projets prioritaires ?
Philippe Duron. 
La France ne peut pas tout construire en même temps. Nous avons choisi les projets les plus utiles à la population et à la qualité des réseaux dans le temps. On peut faire un très beau projet à un endroit qui va satisfaire 5 % des gens mais qui empêchera d'améliorer la situation des 95 % autres.
Quels projets prioritaires avez-vous retenus ?
La rénovation des noeuds ferroviaires, c'est LA priorité pour éviter ce qui s'est passé cet été à la gare Montparnasse. Même chose dans les gares de Marseille, Lyon ou encore Toulouse et dans la plupart des grandes gares. Ce n'est pas prestigieux, mais c'est vital, car l'ensemble du réseau en profiterait. Pour les grands projets ferroviaires interurbains, il est impossible de sortir un projet à 13 milliards d'euros en cinq ans. Alors, nous avons proposé des étapes.
Comment ça ?
Les nouvelles lignes ferroviaires Paris-Normandie, Provence-Côte d'Azur ou la ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse sont prioritaires, mais on va commencer par traiter les gares. Pour les voies fluviales, nous avons identifié la mise au gabarit des liaisons Bray-Nogent sur la Seine ou encore celle de Compiègne-Creil sur l'Oise. Sur le réseau routier, l'autoroute A 31 en Lorraine, le contournement de Rouen ou le désenclavement des villes moyennes sont prioritaires.


Quels sont les pr
ojets reportés ?
On ne dit pas qu'ils sont enterrés, on dit qu'ils sont décalés dans le temps. La LGV entre Bordeaux et Dax, par exemple, est moins prioritaire. Idem pour les deux tronçons supplémentaires de la ligne à grande vitesse Rhin-Rhône ou la ligne nouvelle entre Béziers et Perpignan. Quant au projet d'autoroute A 45, entre Saint-Etienne et Lyon, nous en avons beaucoup discuté. On suggère un grand débat public multimodal afin d'améliorer le projet pour le territoire.
Que proposez-vous pour financer ces projets ?
Nous avons établi trois scénarios crédibles sur vingt ans. Le premier dispose d'un budget de 50 milliards d'euros, le deuxième de 60 milliards d'euros et le troisième de 80 milliards d'euros. Le premier, c'est celui des dépenses maîtrisées, on entretient le réseau existant, mais on ne stoppe pas complètement sa dégradation et on crée très peu de nouvelles infrastructures. Dans le second, les transports du quotidien et la qualité du réseau retrouvent un niveau satisfaisant et on construit de nouvelles infrastructures, les priorités fixées par le président de la République sont respectées. Enfin, troisième scénario, c'est l'ambition maximale, on accélère la réalisation des projets, mais il est très exigeant financièrement.
Lequel a votre préférence ?
Le deuxième, c'est le bon équilibre. Le troisième serait idéal, mais à un moment où la France doit réduire son déficit, ne pas augmenter son endettement et ne pas accentuer la pression fiscale, il me paraît difficile.
Ce scénario nécessite malgré tout plus d'argent...
Oui, 600 millions d'euros par an en plus. Pour cela, on propose un redéploiement de la TICPE (NDLR : taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques). Les professionnels de la route comme les chauffeurs de taxi ou de poids lourd bénéficient d'une niche fiscale de 1 milliard d'euros par an. Avec le rapprochement de la fiscalité du diesel de celle de l'essence, cette niche va atteindre plus de 3 milliards d'euros. Il ne s'agit pas de la remettre en question, mais il ne serait pas illégitime qu'une part finance les infrastructures qu'ils détériorent. On lance le débat.
Y-a-t-il d'autres pistes ?
Nous proposons d'instaurer une redevance temporelle (vignette) pour les poids lourds et les véhicules utilitaires de livraison. Les véhicules étrangers contribueraient à l'effort ; elle rapporterait chaque année 320 millions d'euros pour les seuls poids lourds.
Vous évoquez aussi le partenariat public privé...
Oui, mais à utiliser avec parcimonie car parfois l’Etat en a abusé. On propose notamment de donner la possibilité aux collectivités de mettre des péages sur les routes départementales ou régionales. On propose également de créer une Agence routière qui s’occuperait du réseau non concédé. A terme, si l’Etat ne veut pas reconduire les contrats de concession d’autoroutes, très critiqués par les Français, cette agence pourrait en prendre la gestion.
Et la taxation des livraisons ?
Le ministère des Finances n’y est pas très favorable car elle est difficile à mettre en place. Mais nous estimons qu’elle aurait au moins la vertu de limiter le trafic en incitant les entreprises à optimiser leurs livraisons.
 
300 millions d'euros pour le vélo
Une fois n'est pas coutume, un rapport sur les projets de financement d'infrastructures s'intéresse au vélo. Ainsi, il préconise de consacrer 300 millions d'euros sur 1 milliard d'euros qui sera mobilisé dans le cadre d'un appel à projets. « Pour la première fois, il y a un changement de paradigme, s'enthousiasme Karima Delli, l'eurodéputée écologiste présidente de la commission des Transports au Parlement européen. La route n'est plus privilégiée, la part belle est faite aux transports qui ne polluent pas. C'est un tournant. » Le rapport préconise ainsi d'améliorer la circulation des vélos en multipliant les chantiers pour gommer tous les obstacles — boulevard périphérique, voie ferrée — qui empoisonnent la vie des cyclistes et freine son développement. Le rapport suggère aussi de multiplier les propositions innovantes, notamment la voiture autonome. Ainsi, le document suggère d'utiliser d'anciennes voies ferrées qui desservent les centres-villes pour y faire circuler des véhicules autonomes.
 
Revenir en haut
pat


Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2011
Messages: 29 280
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 13:49 (2018)    Sujet du message: Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans Répondre en citant

Tiens une belle idée le vélo !! Chez moi, des pistes cyclables ont été construites partout !! Ça a coûté un bras pour finalement ne servir que deux mois par an pour les promeneurs de chiens, les rollers, les piétons, et quelques cyclistes avec leurs enfants. Par contre l’infrastructure routière est toujours aussi merdique, occasionnant de gros bouchons aux heures de pointe. Je ne vous parle pas de la saison, il faut compter 3 heures pour faire 15 km. J’ai bien songé à les faire en vélo mais pas facile de trimbaler une centaine de repas quand je bosse ou ma chienne et les bassines de linge repassé que je ramène à mes parents.
Revenir en haut
Minouchette


Hors ligne

Inscrit le: 12 Jan 2018
Messages: 2 956
Localisation: Provence
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

MessagePosté le: Jeu 1 Fév - 14:03 (2018)    Sujet du message: Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans Répondre en citant

pat a écrit:
Tiens une belle idée le vélo !! Chez moi, des pistes cyclables ont été construites partout !! Ça a coûté un bras pour finalement ne servir que deux mois par an pour les promeneurs de chiens, les rollers, les piétons, et quelques cyclistes avec leurs enfants. Par contre l’infrastructure routière est toujours aussi merdique, occasionnant de gros bouchons aux heures de pointe. Je ne vous parle pas de la saison, il faut compter 3 heures pour faire 15 km. J’ai bien songé à les faire en vélo mais pas facile de trimbaler une centaine de repas quand je bosse ou ma chienne et les bassines de linge repassé que je ramène à mes parents.


Pat, votre toutoune faut la dresser en chien de traîneau!  Mr. Green

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:29 (2018)    Sujet du message: Routes, voies ferrées et fluviales... Voici les recommandations du rapport Duron sur 20 ans

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Inforum Index du Forum -> La politique -> Salon de discussion Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com